DES SCIENTIFIQUES ENREGISTRENT LES CRIS DES DAMNES

Des cris de l'enfer enregistés par des scientifiques

A la mi-décembre 1989, un groupe de géologues russes, communistes, ont creusé un puits de 14.400 km de profondeur en Sibérie, et ils affirment avoir entendu des lamentations qui venaient du centre de la terre, demandant de l’eau et implorant la miséricorde…

            Selon l’un des scientifiques, après avoir percé (ou foré) plusieurs kilomètres, les équipements ont commencé à ne plus fonctionner normalement donnant l’impression qu’ils avaient atteint un espace ouvert, un endroit creux, ou vide, sous la couche terrestre. 

La nouvelle s’est répandue dans le monde entier ; et un journal de Finlande a publié l’information, en rapportant les paroles des opérateurs et de ceux qui avaient entendu l’enregistrement. L’un d’entre eux, le Docteur Azzacove a déclaré ceci : « Comme un communiste, je ne crois pas au Ciel ou à la Bible, mais, comme un scientifique, je crois maintenant que l’enfer existe. Il n’est pas nécessaire de vous dire que nous avons été choqués par une telle découverte, et nous sommes absolument convaincus que nous avons forés aux portes de l’enfer !... Brusquement, la foreuse a commencé à tourner très rapidement, indiquant ainsi qu’on avait atteint une grande poche vide ou une caverne. Le senseur thermique montrait une augmentation dramatique de la température vers les 1100˚ C (2000˚ F).

Nous avons abaissé un microphone dans le but de découvrir les sons des mouvements des plaques tectoniques (sous la galerie creuse), mais au lieu des sons des mouvements des plaques tectoniques, nous avons entendu des voix humaines qui criaient de douleurs et qui provenaient de l’intérieur de la terre !

Au début nous avons pensé que le son venait de notre propre équipement. Mais quand nous avons bien réglé et ajusté nos équipements, nos pires suspicions ont été confirmées. Les cris n’étaient pas d’une seule personne, mais c’était des cris de millions, qui sait, voire de milliards personnes ; des âmes qui criaient en souffrance ! Nous croyons, en effet, que nous avons foré en enfer dans le ventre de la terre ; et comme avions tous peur, nous avons abandonné le projet, en refermant de manière définitive le puits que nous avions creusé. »

Ce même jour-là, la moitié de l’équipe scientifique a laissé le travail sur place et ils sont partis, parce qu’ils avaient tellement peur de ce qu’ils venaient de découvrir et surtout d’entendre leur propre oreilles.

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×